Histoire de l'EQMSV

Le commencement

On considère généralement que le premier vrai pastafarien Québécois est Jacques Cartier, il est né à Saint-Malo en France le 31 décembre 1491.

Portrait de Jacques Cartier

En 1532, le roi François Ier le choisit afin de trouver « certaines îles et pays où l'on dit qu'il se doit trouver grande quantité d'or et autres riches choses ». Il effectuera alors trois voyages vers l'Amérique du Nord entre 1534 et 1542.

Lors du premier voyage en 1534, il rencontre des Iroquois en campagne de pêche et qui l'accueille chaleureusement. Il effectue alors un acte de piraterie en attirant les deux fils du chef Donnacona, avec des présents (sûrement pas des bibles) et les emmènes en France comme animaux de compagnie car son perroquet est mort.

Lors de son deuxième voyage au Québec en 1535, il ramène les deux fils de Donnacona maintenant bilingue, ils sont donc les premiers vrais Canadiens. En avril 1536, Cartier qui ne sait toujours pas comment se faire des amis, s'empare de Donnacona, de ses deux fils et de sept autres Iroquois, puis profite du dégel pour s'enfuir en France. Lors de son « voyage » en France Donnacona meurt et les autres « voyageur » se font des blondes et ils décident tous de ne pas revenir se les geler à Québec.

De retour à Québec en août 1541 Cartier n'a toujours pas l'entregent nécessaire pour être populaire auprès des habitants locaux. Il fait édifier le fort de Charlesbourg-Royal au confluent du Saint-Laurent et la rivière du Cap Rouge et est initié à la légende du grand Manitou de Banique Volante. Pendant l'hiver, pour garder ses hommes vif et heureux, il fait bâtir un temple en l'honneur du Monstre en Spaghettis Volant. En même temps, il accumule l'or et les diamants qu'il négocie avec les Hurons qui disent les avoir ramassés près du camp. Au printemps 1542, il lève le camp et met le cap vers la France.

Aussitôt arrivé, il fait expertiser son magot et apprend qu'il ne rapporte que de la pyrite et du quartz sans valeur. Sa mésaventure sera à l'origine de l'expression « faux comme des diamants du Canada ».

Déçu, il se retire dans son manoir de Limoilou, près de Saint-Malo, il commence alors son combat contre la science et ses pseudo vérités. On l'entendra souvent murmurer à lui même « si ca brille c'est de l'or ». Considéré comme un sage on le consulte parfois et l'on met à profit ses connaissances du portugais et des métaux précieux. Il succombe de la peste qui frappe la ville le 19 janvier 1557. Ses restes reposent depuis dans la cathédrale de Saint-Malo et son âme a rejoint les plus grands de ce monde autour du volcan de bière.

Le régime Français

À suivre.